Actualité COVID juillet 2021

Evolution du Covid au Sud Viêt Nam - Fin juillet 2021-

Depuis lundi 19 juillet 0 heure, les principales villes du sud, dont Vinh Long, passent sous le même régime strict que Saigon.

Impossible de sortir dans la rue, hors courses ou urgence médicale.

Des barrages militaires sont placés à chaque bout de rue.

En effet, la région, épargnée depuis le début de la crise, connait un développement rapide de malades atteints du variant Delta. Le point de départ de cette contamination provient d’une usine de la périphérie, probablement amenée par un chauffeur livreur.

Les mises en place des contrôles strictes sont rapides.

Pour aller faire les courses, il faut disposer d’un ticket spécial (deux par famille et par semaine) *, qui permet seulement d’aller au pluClip image005s proche, dans son quartier.

Souvent dans les petits marchés qui en temps normal sont déjà vides vers 6 h du mat…ça va être sportif !

 

Les couleurs des tickets déterminent les jours d’accès autorisés.

Les plus chanceux, qui ont un supermarché dans leur rayon, seront un peu plus favorisés, mais depuis deux jours, ces établissements sont également vides. (Vf photos **)

Clip image004

 

Il y a beaucoup de manque, les camions de transport sont bloqués par des contrôles sanitaires et les files d’attente s’allongent.

 

Pour cette raison, il n‘est plus possible de transporter du Clip image003porc. Ce qui augmente la pénurie

 

 

Toutefois, pour les routiers vaccinés et contrôlés, une dérogation devient possible à condition de rester à l’intérieur des 19 villes et provinces sous cloche.

 

Pour les campagnes de vaccinations, l’état met en route 63 duos de camions offerts par le constructeur automobile Thaco :

Clip image001


 

Ces camions sont Clip image008constitués d'un « réfrigérant » et d'une « salle de vaccination » qui vont tourner sans interruption. Clip image007

 

 

 

Les vaccins arrivent de l’étranger.

Le vaccin local est en cours de test, 1000 volontaires viennent de recevoir la seconde injection, Il sera sans doute validé en fin d’année.

Un programme est mis en place par l’ambassade de France pour ses ressortissants. - 5000 au sud ainsi que les conjoints - l’opération est pour le moment bloquée par l’impossibilité de se déplacer. Les vaccins (Moderna) sont envoyés de France et non puisés dans les stocks locaux.

Depuis le début de la crise en avril la population est priée de respecter les « 5K » : Khâu trang (Masque), Khu khuân (Désinfection), Khoang cach (Distance), Không tu tâp (Sans rassemblement) et Khai bao y tê (Déclaration médicale).

Le message est largement relayé par hauts parleurs, avant chaque sonnerie en appel téléphonique, par des camions sonorisés…

Malgré toutes les précautions, la propagation est exponentielle, de 150 à 200 cas / jour il y a 4 semaines, c’est aujourd’hui, dimanche, 6000 cas pour le pays.

Les gouvernements de régions font des aides ponctuelles, 8000 vendeurs de rue, les vendeurs de billets de loterie « Vé So » et les éboueurs de Saigon ont reçu chacun 1 500,000 VND (1€ +- 27,000 VND). Des sacs de riz y sont aussi distribués.

Les personnes qui ne peuvent plus travailler n’ont aucun salaire. Les prix des légumes ont flambé tant à Saigon qu’en province. (x 2,5 en moyenne).

Ceux qui travaillent en usine n’ont pas le droit de rentrer chez eux, ils sont 24/24 sur place, dans des dortoirs de fortune. Les conditions sont parfois aléatoires, surtout avec la promiscuité,  pas de dérogation possible, l’économie doit fonctionner !

Outre la solidarité, les aides commencent à se mettre en place aussi en province.Nous avons relayé l’appel de 4 filleules de Saigon et d’une ancienne filleule***, qui n’avaient plus rien à manger, non faute d’argent mais à cause de rayons vides, en leur envoyant par navette viande, poissons séchés, légumes, fruits etc…

Nous suivons les familles les plus fragiles, par téléphone, et profiterons des autorisations de sortie pour, si besoin, les aider.

*Certains quartiers sont encore en cours de distribution.

 **Attention, les images et situations de pénurie décrites ne représentent pas l’état du VN, mais une situation ponctuelle, que l’on espère de courte durée

 ***Les frais d’aide pour cette ancienne filleule ne sont pas à charge de HSD.

Un peu d’humour malgré tout : Par contre, contrairement à la France, il n’y a pas de guerre du PQ, puisque quasiment jamais utilisé ici, si ce n’est pour palier en cuisine au « Sopalin » trop cher, mais les « psycho-pâtes » ont ici aussi frappé avec la razzia non sur les pâtes à cuire, quasi inexistantes, mais sur les nouilles à soupe.