Créer un site internet

covid octobre 2021

Dans les villages -hors zones rouges- il est de nouveau possible de circuler, mais pas de changer de ville

Depuis le 16 septembre une grande partie des villages et villes moyennes ont partiellement levé les restrictions de circulation.

Le gouvernement fait la constatation que revenir à zéro cas comme en mars/avril est compliqué, l'économie souffre, des millions de personnes n'ont plus de revenus, ceux qui ont pu continuer à travailler sont enfermés dans les usines depuis plusieurs mois sans contact avec leurs familles. Une situation qui ne peux perdurer.

Le contrôle de la pandémie est, dans les zones rouges, la lutte de tous les jours, la limitation de la propagation vers l'extérieur est efficace.

Les campagnes de vaccinations sont extrêmement rapides. Tous les retards ont été gommés. Avec des journées à plus d'un million d'injections / jour, les 55 millions de doses sont dépassées (pour près de 100 millions d'ha.) Plus de 70% de Viêtnamiens de plus de 18 ans devraient être vaccinés pour la fin de l'année. Ce résultat, tient en partie à l'approvisionnement toujours en flux tendu, en attendant la certification et la production d'un vaccin local, qui permettra une nouvelle accélération.

La guerre contre le Covid en passe d'être gagnée au Viêt Nam ?

Nous observons une très nette amélioration de la situation sanitaire dans le pays. Les foyers épidémiques sont tous sous contrôle et définis comme "zone rouge", d'où personne ne sort. La crise qui a commencé en mai 2021 n'est pas terminée, mais fortement réduite.

Dans les zones vertes, sans cas connus, une liberté de circuler revient, les magasins sont de nouveau approvisionnés, et quelques entreprises reprennent du service.

La remise en marche de l'économie devient urgente, 4 mois sans aucun revenu, les familles souffrent. Même si l'entraide fonctionne en campagne, les difficultés de vivre, notamment en ville sont criantes.

Les frontières sont toujours maintenues fermées, néanmoins des rotations aériennes permettent à ceux qui souhaitent sortir du pays de partir, mais aucune possibilité de revenir, même pour les personnes vaccinées.

             Les adaptations des lois se font semaine par semaine, et région par région, limitant les nuisances au maximum.

Les classes des écoles du sud ont été préparées les classes pour une rentrée au 4 octobre, mais finalement celle-ci est encore repoussée, sans nouvelle date annoncée.

Certains enseignants ont pris l'initiative de préparer des cours qu'ils distribuent, ou font passer, mais chez les petits peu les suivent. Une tentative d'instruction collective par télévision, 20 min le soir, a aussi été mise en place, mais ne semble pas combler le manque.Les parents qui prennent en main l'instruction de leurs enfants sont des minorités et des exceptions. Certains ne sachant pas lire, il leur est effectivement compliqué de donner des leçons. Chaque génération scolarisée éloigne peu à peu l'analphabétisme encore fortement présent dans les campagnes.

La période est compliquée, mais plus que jamais nous devons prendre en charge des enfants, pour les aider, et profiter de cette zone blanche pour tenter de faire passer le message de solidarité que nous souhaitons voir se constituer.